Wichtiger Hinweis:
Diese Website wird in älteren Versionen von Netscape ohne graphische Elemente dargestellt. Die Funktionalität der Website ist aber trotzdem gewährleistet. Wenn Sie diese Website regelmässig benutzen, empfehlen wir Ihnen, auf Ihrem Computer einen aktuellen Browser zu installieren.
Zurück zur Einstiegsseite Drucken
Grössere Schrift
 
 
Bundesgericht 
Tribunal fédéral 
Tribunale federale 
Tribunal federal 
 
                 
 
 
6B_1369/2017  
 
 
Arrêt du 16 janvier 2018  
 
Cour de droit pénal  
 
Composition 
M. le Juge fédéral Denys, Président. 
Greffière : Mme Gehring. 
 
Participants à la procédure 
X.________, 
recourant, 
 
contre  
 
Ministère public central du canton de Vaud, 
intimé. 
 
Objet 
Demande de révision (refus de suivre), motivation du recours en matière pénale au Tribunal fédéral, 
 
recours contre le jugement de la Cour d'appel pénale du Tribunal cantonal du canton de Vaud du 23 octobre 2017 (PE03.009137-FDX [384]). 
 
 
Considérant en fait et en droit :  
 
1.   
Par jugement du 23 octobre 2017, la Cour d'appel pénale du Tribunal cantonal vaudois a déclaré irrecevable la demande de révision formée par X.________ contre l'arrêt du 25 avril 2003 aux termes duquel le Tribunal d'accusation vaudois a confirmé le refus de suivre à sa plainte déposée le 20 janvier 2003 contre inconnu. D'une part, la Cour d'appel a considéré que l'arrêt sujet à révision ne constituait manifestement pas un jugement pénal ouvrant la voie de la révision. D'autre part, X.________ ne présentait aucun fait ou moyen de preuve nouveau et sérieux, propre à ébranler les constatations de fait sur lesquelles la décision du Tribunal d'accusation était fondée. 
 
2.   
X.________ recourt en matière pénale au Tribunal fédéral contre le jugement cantonal du 23 octobre 2017. 
 
2.1. Aux termes de l'art. 100 al. 1 LTF, le recours contre une décision doit être déposé devant le Tribunal fédéral dans les trente jours qui suivent la notification de l'expédition complète. Les délais ainsi fixés par la loi ne sont pas prolongeables (art. 47 al. 1 LTF), de sorte que la demande du recourant tendant à obtenir une prolongation du délai de recours afin de régulariser son écriture est rejetée.  
 
2.2. Le recourant ne se détermine aucunement sur les considérations cantonales susmentionnées (cf. consid. 1 supra). En particulier, il ne démontre pas en quoi le prononcé d'irrecevabilité frappant son écriture cantonale serait contraire au droit. Son argumentaire est ainsi clairement insuffisant au regard des exigences minimales de motivation d'un recours en matière pénale au Tribunal fédéral (cf. art. 42 al. 1 - 2 et 106 al. 2 LTF), de sorte que le présent recours doit être écarté en application de la procédure simplifiée prévue à l'art. 108 al. 1 let. b LTF.  
 
3.   
Vu l'issue de la procédure, la requête d'effet suspensif se révèle sans objet. 
 
4.   
Comme les conclusions du recours étaient d'emblée vouées à l'échec, l'assistance judiciaire ne peut pas être accordée (art. 64 al. 1 LTF). Le recourant, qui succombe, supporte les frais judiciaires (art. 66 al. 1 LTF), réduits pour tenir compte de sa situation financière laquelle n'apparaît pas favorable. 
 
 
Par ces motifs, le Président prononce :  
 
1.   
La demande de prolongation du délai de recours est rejetée. 
 
2.   
Le recours est irrecevable. 
 
3.   
La requête d'assistance judiciaire est rejetée. 
 
4.   
Les frais judiciaires, arrêtés à 500 francs, sont mis à la charge du recourant. 
 
5.   
Le présent arrêt est communiqué aux parties et à la Cour d'appel pénale du Tribunal cantonal du canton de Vaud. 
 
 
Lausanne, le 16 janvier 2018 
 
Au nom de la Cour de droit pénal 
du Tribunal fédéral suisse 
 
Le Président : Denys 
 
La Greffière : Gehring