Wichtiger Hinweis:
Diese Website wird in älteren Versionen von Netscape ohne graphische Elemente dargestellt. Die Funktionalität der Website ist aber trotzdem gewährleistet. Wenn Sie diese Website regelmässig benutzen, empfehlen wir Ihnen, auf Ihrem Computer einen aktuellen Browser zu installieren.
Zurück zur Einstiegsseite Drucken
Grössere Schrift
 
Bundesgericht
Tribunal fédéral
Tribunale federale
Tribunal federal
 
{T 0/2}
9C_296/2012
 
Arrêt du 6 juin 2012
IIe Cour de droit social
 
Composition
M. le Juge U. Meyer, Président.
Greffier: M. Cretton.
 
Participants à la procédure
R.________,
recourant,
 
contre
 
Tribunal cantonal de la République et canton de Neuchâtel, Cour de droit public, Rue du Pommier 1, 2000 Neuchâtel,
intimé.
 
Objet
Assurance-invalidité (condition de recevabilité),
 
recours pour déni de justice.
 
Vu:
le recours pour déni de justice formé le 7 avril 2012 par R.________,
considérant:
qu'un recours pour déni de justice ou retard injustifié (sur cette notion, cf. l'art. 29 al. 1 Cst. qui prévoit que toute personne a droit à ce que sa cause soit jugée dans un délai raisonnable) est recevable si la juridiction saisie s'abstient de rendre une décision sujette à recours ou tarde à le faire sans en avoir le droit (cf. art. 94 LTF),
qu'un recours doit non seulement indiquer les conclusions, les motifs et les moyens de preuve (cf. art. 42 al. 1 LTF) mais aussi, s'il porte sur la violation d'un droit fondamental, explicitement évoquer et clairement motiver ce grief (cf. art. 106 al. 2 LTF),
que le recourant se contente en l'occurrence d'affirmer qu'il «agi[t] au 366e jour à compter de la notification par la Cour de Droit public, au Tribunal cantonal, à Neuchâtel, du 7 avril 2011» et d'inviter le Tribunal fédéral, «malgré [s]es différents courriers répétés dans ce sens en 1ère instance contre l'intimé (Office AI OAI NE) et précédemment en 2e instance [...], à bien vouloir constater un "Déni de justice"» ainsi qu'à «prier les instances précédentes de répondre à [s]es différents courriers»,
qu'on relèvera que cette argumentation ne répond manifestement pas aux exigences des art. 42 al. 1 et 106 al. 2 LTF dans la mesure où elle est trop succincte et absconse et ne permet pas de comprendre si - et pourquoi - l'assuré entend faire constater un retard injustifié pris par la juridiction cantonale dans une procédure particulière ou seulement obtenir la condamnation générale de toute autorité administrative ou judiciaire à répondre à ses multiples courriers, par ailleurs indéterminés,
que, partant, le recours doit être déclaré irrecevable selon la procédure simplifiée de l'art. 108 al. 1 let. b LTF,
qu'on relèvera au demeurant que, dans l'hypothèse où le recourant reproche bien à la juridiction cantonale d'avoir tardé à rendre une décision particulière, son recours est devenu sans objet, dans la mesure où celle-ci a statué le 3 mai 2012 (cf. notamment arrêt 9C_441/2010 du 6 avril 2011 consid. 2 in SVR 2011 IV n° 68 p. 25), et n'exige pas l'allocation de dépens, dès lors que l'assuré qui agit dans sa propre cause sans l'assistance d'un avocat n'y a en principe pas droit (cf. notamment arrêt 9C_865/2011 du 18 avril 2012 consid. 4 et les références),
que, vu les circonstances, il convient de renoncer à percevoir des frais judiciaires (art. 66 al. 1 seconde phrase LTF),
 
par ces motifs, le Président prononce:
 
1.
Le recours est irrecevable.
 
2.
Il n'est pas perçu de frais judiciaires.
 
3.
Le présent arrêt est communiqué aux parties, à l'Office de l'assurance-invalidité du canton de Neuchâtel et à l'Office fédéral des assurances sociales.
 
Lucerne, le 6 juin 2012
Au nom de la IIe Cour de droit social
du Tribunal fédéral suisse
 
Le Président: Meyer
 
Le Greffier: Cretton
 
 
 
 
Drucken nach oben