Wichtiger Hinweis:
Diese Website wird in älteren Versionen von Netscape ohne graphische Elemente dargestellt. Die Funktionalität der Website ist aber trotzdem gewährleistet. Wenn Sie diese Website regelmässig benutzen, empfehlen wir Ihnen, auf Ihrem Computer einen aktuellen Browser zu installieren.
Zurück zur Einstiegsseite Drucken
Grössere Schrift
 
 
Bundesgericht
Tribunal fédéral
Tribunale federale
Tribunal federal
 
 
 
 
{T 0/2}
 
6B_918/2013
 
 
 
 
Arrêt du 14 novembre 2013
 
Cour de droit pénal
 
Composition
M. le Juge fédéral Schneider, Juge unique.
Greffière: Mme Gehring.
 
Participants à la procédure
X.________,
recourante,
 
contre
 
Ministère public central du canton de Vaud, avenue de Longemalle 1, 1020 Renens VD,
intimé.
 
Objet
Ordonnance de refus d'entrer en matière, irrecevabilité formelle du recours en matière pénale,
 
recours contre l'arrêt du Tribunal cantonal du canton de Vaud, Chambre des recours pénale, du 25 mars 2013.
 
 
Considérant en fait et en droit:
 
1. 
Par arrêt du 25 mars 2013, la Chambre des recours pénale du Tribunal cantonal vaudois a rejeté le recours et confirmé l'ordonnance de non-entrée en matière prononcée le 20 février 2013 à la suite des plaintes pour contrainte et infraction à la loi contre la concurrence déloyale (LCD) déposées les 19 novembre, 14 et 29 décembre 2012 par X.________ à l'encontre des professionnels ayant participé aux travaux de construction et d'exploitation de son domaine équestre à Y.________.
 
 En substance, la cour cantonale a considéré que les faits dénoncés n'étaient constitutifs d'aucune infraction pénale, ceux-ci relevant tout au plus du droit civil, qu'il s'agisse d'inexécution contractuelle ou de responsabilité extra-contractuelle. En particulier, l'intéressée ne soutenait pas avoir été contrainte par la force ou des pressions particulières. En outre, la LCD ne s'appliquait pas, la plaignante n'ayant pas vendu son exploitation en qualité de professionnelle de l'immobilier. De plus, son droit de porter plainte pour infraction à la LCD était prescrit, la vente de sa propriété étant survenue en 2010.
 
2. 
X.________ saisit le Tribunal fédéral d'un recours en matière pénale à l'encontre de l'arrêt cantonal.
 
 Les mémoires adressés au Tribunal fédéral doivent indiquer les conclusions, les motifs et les moyens de preuve dont le recourant entend se prévaloir (art. 42 al. 1 LTF). Le recourant doit motiver son recours en exposant succinctement en quoi la décision attaquée viole le droit (art. 42 al. 2 LTF). Lorsque la décision attaquée se fonde sur plusieurs motivations indépendantes, alternatives ou subsidiaires, toutes suffisantes, il incombe au recourant, sous peine d'irrecevabilité, de démontrer que chacune d'entre elles est contraire au droit (ATF 133 IV 119 consid. 6.3 p. 120 s.).
 
 Si la recourante conteste la prescription de son droit de porter plainte pour infraction à la LCD, elle se borne en revanche à relater le contentieux qui l'oppose aux personnes dénoncées sans démontrer pour autant en quoi les considérations cantonales - selon lesquelles les faits dénoncés ne sont constitutifs d'aucune infraction - seraient contraires au droit. Faute de satisfaire aux exigences de motivation précitées, le recours - qui au surplus ne contient aucune conclusion - doit être écarté en application de l'art. 108 al. 1 let. b LTF.
 
3. 
La recourante, qui succombe, supporte les frais judiciaires (art. 66 al. 1 LTF).
 
 
Par ces motifs, le Juge unique prononce:
 
1. 
Le recours est irrecevable.
 
2. 
Les frais judiciaires, arrêtés à 800 francs, sont mis à la charge de la recourante.
 
3. 
Le présent arrêt est communiqué aux parties et au Tribunal cantonal du canton de Vaud, Chambre des recours pénale.
 
 
Lausanne, le 14 novembre 2013
 
Au nom de la Cour de droit pénal
du Tribunal fédéral suisse
 
Le Juge unique: Schneider
 
La Greffière Gehring
 
 
Drucken nach oben