Wichtiger Hinweis:
Diese Website wird in älteren Versionen von Netscape ohne graphische Elemente dargestellt. Die Funktionalität der Website ist aber trotzdem gewährleistet. Wenn Sie diese Website regelmässig benutzen, empfehlen wir Ihnen, auf Ihrem Computer einen aktuellen Browser zu installieren.
Zurück zur Einstiegsseite Drucken
Grössere Schrift
 
 
[AZA]
I 659/99 Bn
 
IIIe Chambre
 
composée des Juges fédéraux Schön, Spira et Widmer;
Berthoud, Greffier
 
Arrêt du 23 mars 2000
 
dans la cause
 
P.________, recourant,
 
contre
 
Office AI pour les assurés résidant à l'étranger, avenue
Edmond-Vaucher 18, Genève, intimé,
 
et
 
Commission fédérale de recours en matière d'AVS/AI pour les
personnes résidant à l'étranger, Lausanne
 
    A.- P.________ a bénéficié d'une rente entière de
l'assurance-invalidité à partir de l'année 1993.
    Dans le cadre d'une révision du droit de l'assuré à
cette prestation, l'Office AI pour les assurés résidant à
l'étranger a estimé que son degré d'invalidité se montait à
36,57 % dès le 25 juin 1996 (cf. une évaluation du 23 sep-
tembre 1998). Aussi, par décision du 22 octobre 1998,
l'office a-t-il supprimé la rente avec effet au 1er janvier
1999.
 
    B.- L'assuré a déféré cette décision à la Commission
fédérale de recours en matière d'AVS/AI pour les personnes
résidant à l'étranger en concluant au maintien de sa rente
entière. Il a été débouté par jugement du 4 octobre 1999.
 
    C.- P.________ interjette un recours de droit adminis-
tratif contre ce jugement, en concluant à ce qu'il plaise
au tribunal :
 
1)   de procéder à l'évaluation exacte du degré d'invali-
dité et de contrôler que les chiffres sont corrects car vu
la marge qui nous sépare du 50 %, cela pourrait aboutir
même à l'octroi de la demi-rente AI;
 
2)   d'examiner, sur la base des conventions bilatérales et
la mutation qui est en train d'intervenir en matière du
droit social européen, s'il est toujours légal d'exclure le
paiement de quarts de rentes à l'étranger.
 
    L'office intimé conclut au rejet du recours. L'Office
fédéral des assurances sociales ne s'est pas déterminé.
 
Considérant en droit
:
 
    1.- Les premiers juges ont exposé correctement les
dispositions légales et réglementaires applicables à la
révision du droit à la rente, de sorte qu'il suffit de
renvoyer aux consid. 1 à 5 du jugement attaqué (art. 36a
al. 3 OJ).
 
    2.- Devant le Tribunal fédéral des assurances, le re-
courant ne conteste ni les conclusions des expertises
médicales auxquelles il a été soumis, ni la nature des ac-
tivités lucratives qui restent exigibles de sa part compte
tenu de son état de santé (voir le rapport du COMAI de
Bellinzone du 28 mars 1997, pp. 14-15). Il ne s'en prend
qu'au taux d'invalidité que l'intimé a fixé dans le cadre
de la procédure de révision prévue par l'art. 41 LAI (voir
l'évaluation du 23 septembre 1998), sans indiquer en quoi
les valeurs retenues seraient erronées.
 
    3.- En l'espèce, il est établi que le recourant n'est
plus apte à accomplir un travail de manoeuvre de chantier
ou de machiniste. En revanche, il peut exercer une activité
de substitution telle que surveillant, contrôleur, employé
semi ou non-qualifié dans le commerce de détail ou une ac-
tivité industrielle légère ne demandant pas l'utilisation
régulière et répétée du bras et de la main gauche au-dessus
de l'horizontale, dans une mesure de 75 % au moins (cf.
rapport du COMAI, précité; consid. 6b p. 8 du jugement du
4 octobre 1999).
    Le 23 septembre 1998, les services de l'intimé ont
évalué le degré d'invalidité du recourant à 36,57 % (cf.
art. 28 al. 2 LAI), en se fondant sur des données relatives
à l'année 1992. Toutefois, même s'ils avaient examiné le
cas à la lumière de statistiques plus récentes (cf. La Vie
économique 2/2000, publication du Département fédéral de
l'économie, 2e partie, table B10.1 p. 28) et pris un fac-
teur de réduction de 10 % eu égard à l'état de santé du
recourant (VSI 1998 p. 179; SVR 1998 IV n° 8 pp. 32-33
consid. 6), la limite du taux de 50 % ouvrant droit à la
demi-rente n'aurait pas non plus été atteinte.
    Le recourant, domicilié à l'étranger, subit désormais
une perte de gain inférieure à 50 %, si bien qu'il n'a plus
droit à une rente d'invalidité (art. 28 al. 1ter LAI). A
cet égard, la convention de sécurité sociale entre la
Suisse et le Portugal du 11 septembre 1975 ne fait pas
obstacle à l'application de cette disposition légale qui,
du reste, s'applique indépendamment de la nationalité de
l'assuré (ATF 115 V 20 consid. 4b).
 
    Par ces motifs, le Tribunal fédéral des assurances,
          vu l'art. 36a al. 1 let. b OJ,
 
p r o n o n c e
:
 
I. Le recours est rejeté.
 
II. Il n'est pas perçu de frais de justice.
 
III. Le présent arrêt sera communiqué aux parties, à la
    Commission fédérale de recours en matière d'assurance-
    vieillesse, survivants et invalidité pour les person-
    nes résidant à l'étranger, et à l'Office fédéral des
    assurances sociales.
 
 
Lucerne, le 23 mars 2000
 
Au nom du
Tribunal fédéral des assurances
Le Président de la IIIe Chambre :
 
Le Greffier :
 
 
Drucken nach oben